interview d'un professeur de séduction renommé

Patrick Harris. 45ans, est coach en séduction depuis 22 ans, il a écrit et édité deux livres : « Drague et séduction »- Dreamland -, et « Comment draguer la femme de sa vie » –Fortuna-, il a écrit et fait produire par Arcades un documentaire fiction (l’art de la séduction, comment aborder une femme), il a été responsable du département « séduction » pour le magasine FHM de 2002 à 2009. Vous l’avez certainement déjà vu dans une de ses 21 télés… Et si il s’agissait du coach en séduction le plus expérimenté et le plus performant de France ? Nous l’avons rencontré pour répondre à cette question, bien que son site www.coach-seduction.com ne laisse aucun doute à ce sujet.
 
Nous : Pourquoi avez-vous choisi d’être coach en séduction ?
Patrick Harris : Parce que je suis convaincu que seul l’amour et le sentiment d’utilité sont susceptibles d’apporter ce bonheur indispensable. Je reçois pas mal de cadeaux, vin millésimé, cigares… je n’aurais pas eu cette satisfaction si j’avais continué à former des vendeurs…Quand un célibataire me dit, avec les yeux brillant : je l’ai eu! J’ai eu la femme de ma vie ! Je ne peux que me réjouir d’avoir fait ce métier.
 
Nous : Vous précisez sur votre site qu’il est important, dans la rencontre, de se faire passer pour le fruit du hasard ?
Patrick Harris : Effectivement : si les femmes aiment se faire draguer, dans la mesure où cela développe leur amour propre, la majorité d’entre elles rejettent systématiquement les dragueurs (A l’exception des touristes, des déprimés profondes  et bien sûr des nymphomanes!). Les raisons sont multiples mais essentielles à comprendre : Pour les femmes, un dragueur est forcément un dragueur à répétition, qui donc a déjà fait ça, est en train de le faire, et le refera. Ce sont trois suppositions qu’elles n’aiment pas, notamment en ce qui concerne la troisième… D’autre part, les femmes veulent être aimé pour leur esprit, non pour leur apparence… et un homme qui dit « je vous trouve mignonne, est ce que vous voulez boire quelque chose ?» fait comprendre  à la fille convoitée qu’il désire des relations sexuelles avec elle alors qu’il ne l’a connaît pas. C’est ce qui explique les échecs récurent et douloureux des dragueurs trop « visible » !
 
Nous : vous avez beaucoup de méthodes pour passer pour le fruit du hasard ?  Pourriez-vous nous donner un exemple ?
Patrick Harris : volontiers. Je conseille des dizaines de méthodes aux célibataires qui viennent me voir, selon le lieu et leur personnalité. Je vais vous en décrire une qui est claire sur la stratégie à employer : Dans un parc, le séducteur s’approche de la fille installée sur un banc et utilise un prétexte contextuel facile : il demande si elle n’aurait pas vu l’ami avec lequel il avait rendez vous ici. Bien sûr, « elle n’a pas fait attention », et le séducteur va alors voir plus loin. Il est essentiel qu’il disparaisse ainsi quelques instants, car dans la tête d’une femme, un dragueur est forcément « collant ». Si l’homme s’éclipse, c’est qu’il n’appartient pas à cette catégorie  caricaturale et méprisé par les femmes. Mais le séducteur revient néanmoins 2 minutes plus tard : « vous ne l’avez toujours pas vu ? Non ? Est ce que vous permettez que je m’assoie à côté de vous au cas où il repasserait ? La fille accepte avec plaisir, pensant que le destin a provoqué la rencontre, et le séducteur peut alors utiliser d’autres techniques pour lui prélever son numéro de téléphone. La rencontre est réussie, alors que s’il avait dit « il fait beau, est ce que je peux m’assoir avec vous ? », la femme aurait ciblé ses attentes et lui aurait fait remarquer qu’il y a aussi d’autres places ailleurs… l’avantage d’apparaître comme le fruit du hasard, c’est également que les échecs éventuels ne causent pas de souffrance, et permettent ainsi au séducteur de recommencer avec confiance, sans aucune peur.
 
Nous : Sur vos deux livres et votre film, ont peut voir que vous avez connu 400 femmes. C’est un chiffre impressionnant…
Patrick Harris : pas du tout. Si un pianiste commence jeune et s’investit dans son art, 20 ans plus tard, il pourra jouer Rachmaninov. Personnellement, j’ai pris un autre chemin : j’ai consacré ma vie aux femmes, en résiliant définitivement ma timidité, en découvrant et en appliquant des méthodes de rencontre et de séduction, ce qui explique que 400 femmes m’ont fait confiance. (C’est le moins que l’on puisse dire…) Cela légitime en partie ma volonté de transformer la vie des célibataires qui viennent me voir. Je suis même obligé de constater que certains de mes élèves un tant soi peu travailleur ont plus de succès que moi à l’époque !
 
Nous : cela n’a pas été trop dur de faire éditer votre premier livre ? Pourquoi n’avez pas vous fait un simple e book ?
Patrick Harris : pour votre première question, si vous êtes célibataires et que vous avez confiance en votre réussite, entre autre parce que vous avez les bonnes méthodes, vous rencontrerez une centaine de filles et sur celles qui répondent « oui », vous trouverez normalement celle qui vous rendra heureux toute votre vie. C’est pareil pour les livres, si vous êtes sûr de vous, vous envoyez votre manuscrit à plusieurs éditeurs et vous choisissez entre ceux qui acceptent. Ensuite, pour les autres ouvrages, si tout se passe bien, c’est l’éditeur qui vous paye pour que vous écriviez. J’écris actuellement mon troisième livre qui m’a été commandé par une grosse maison d’édition : « les carnets intimes d’un coach en séduction ». Je suis également en train d’aider un homme qui veut changer de métier et désire devenir coach en séduction, à publier un livre.  
Pour votre deuxième question, entre un e book sans crédibilité, même bon, et un livre que l’on peut trouver en librairie ou à la Fnac, il n’y a pas photo… J’ai eu la chance d’avoir le choix, donc…  
 
Nous : Pour draguer, quelle est l’importance du physique ?
Patrick Harris : Taleyran était petit, boiteux et moches. Il était  pourtant un séducteur formidable. Sa devise : « La beauté n’a jamais fait que gagner 15 jours ». (Gide disait un quart d’heure) On pourrait faire une liste : Gainsbourg, Auteuil, Depardieu… Ils avaient de l’argent, certes, mais ils séduisaient des jeunes femmes également riches, donc l’argent, comme leurs physiques, n’était pas leur principal argument de séduction. Ils avaient ce que je veux communiquer à mes élèves.
 
Nous : Quelle est la meilleure façon d’aborder une parfaite inconnue dans la rue ?
Patrick Harris : Je répète qu’il faut masquer un quelconque intérêt au dessous de la ceinture. Si il y a marqué « dragueur » sur votre front, elles vous répondent qu’elles ne sont pas des filles faciles, qu’elles sont uniques, que l’amour se mérite avec le temps, et qu’il faut les aimer pour leurs neurones, dont l’existence est, pensent-t-elles, mises en doute par les dragueurs trop manifestes.  Il faut en conséquence se faire passer pour quelqu’un qui a besoin d’elle sur un plan social ou professionnel. Certain de mes célibataires font mine d’avoir fait un pari avec des amis qui nécessite l’accord de la fille, ou d’essayer des méthodes de morphopsychologie sur une fille inconnue. Les filles ne sont pas des imbéciles, mais dans le doute, elles peuvent faire semblant de l’être. Je précise bien : « dans le doute ».
 
Nous : Et comment faire pour prendre leur numéro de téléphone ?
Patrick Harris : Encore une fois, il faut que le séducteur s’appuie sur un prétexte en béton. Il n’est pas question de leur proposer « donne moi ton numéro pour qu’on se revoie ». En 5 minutes en effet, il serait étonnant qu’elle soit suffisamment amoureuse de vous pour vous faire confiance… Vous n’êtes encore qu’un inconnu. Il faut prétexter avoir besoin de ses conseils. Pour écrire un roman, pour jouer de l’instrument qu’elle aime, pour dessiner, bref, pour faire une activité quelle apprécie, quelconque, que le « bris de la glace » vous a appris. Si votre prétexte est bien utilisé, elle donne leur numéro avec plaisir. Ca marche pour tous les domaines : elle est comptable ? Vous n’y connaissez rien, vous voulez des cours pour votre association ! Elle aime lire ? Vous voulez savoir si les deux première pages de votre roman que vous venez de commencer sont crédibles, elle joue de la guitare ? Vous avez toujours voulu apprendre, etc… Ca a l’air simple, mais sans méthodes de communication, sans phrases à apprendre, il est très dur d’obtenir le consentement de l’autre.
 
Patrick Harris : Et Internet, ça marche ?
Patrick Harris : Internet se substitue avec brio à la première étape, la rencontre. Je travaille avec mes élèves les moyens d’avoir un maximum de réussite avec certains sites de rencontre…. On prend une photo professionnelle, on choisit le message d’accueil, et la façon de construire le dialogue. Les résultats sont vraiment étonnants : des mails, des flashs, des rencontres…
 
Nous : Vos conseils sont toujours personnalisés ?
Patrick Harris : Oui, uniquement. Je forme mes célibataires en entretiens particuliers, ce qui me permet de leur poser suffisamment de questions pour pouvoir adapter les méthodes de séduction à la personnalité, à l’expérience et aux objectifs amoureux de mes élèves. Les conférences que je donne, les livres, les articles ou les films que j’écris n’ont qu’une influence modérée sur la vie affective, car dans le domaine de la séduction, parler à tout le monde revient en réalité à ne parler à personne. Le célibataire qui vient me voir devient un peu un « ami », ce qui lui donne une chance d’avoir suffisamment de résultat pour trouver la femme de sa vie. Par contre je refuse systématiquement  les élèves qui ne veulent que s’amuser avec les filles. Sauf si ils le font dans l’optique de s’entrainer pour la femme de leur vie, bien entendu…
 
Nous : Je suppose que vous soignez la timidité ? Comment faîtes vous ?
Patrick Harris : 95% de mes élèves ont besoin de retrouver leur liberté, c’est-à-dire d’effacer complètement leur réserve à l’égard des jeunes femmes. Ainsi, sur mon site www.coach-seduction.com, je donne  les raisons de la timidité : « la timidité est une erreur d’interprétation de l’inconscient. L’inconscient à été « programmé » principalement pour nous protéger. La force de l’inconscient est facile à démontrer : lors d’un premier saut à l’élastique, l’inconscient associe « le vide » avec « la mort », et les conséquences sont extrêmes : les jambes flageolent, le cœur s’emballe et des gouttes de sueurs coulent sur notre front. Pourtant notre conscient est formel : Nous ne risquons rien puisque nous sommes attachés à un élastique ! Mais c’est l’inconscient qui est à l’origine de nos émotions. ». C’est l’inconscient qui, pour protéger le célibataire, lui envoie les signes de la timidité.
 
Puis je donne un exemple, parmi tant d’autres, pour effacer cette timidité : « la familiarisation et le raisonnement conduira votre inconscient à associer la « rencontre » avec le « plaisir ». Celui-ci doit être modifié en fonction du niveau de la timidité (de l’appréhension au véritable complexe de timidité) : La première étape est simple : l’élève aborde les femmes dans le seul but de se renseigner. Il les sollicite pour connaître l’emplacement des salles de cinéma dans le quartier, prétextant qu’il vient de s’installer « ici ». Il répète l’exercice jusqu’à en maîtriser le déroulement et ne plus en avoir peur, c’est-à-dire jusqu’à ce que son inconscient associe la rencontre à un objet « bénéfique », c’est-à-dire à un intérêt et à un sourire. Ensuite, l’exercice devient plus difficile : Il doit essayer de poursuivre sa demande en se renseignant sur les films à l’affiche. Cela peut entraîner une conversation qui se conclut par un « merci » de la part du célibataire, dès la réponse obtenue. Le timide doit reproduire l’exercice jusqu’à le trouver naturel. Son inconscient retourne doucement sa veste : aborder une femme serait-il agréable ? Puis le degré de difficulté va progressivement augmenter, jusqu’à ce que le séducteur parvienne (à la fin de la conversation) à proposer à la fille de l’accompagner à une séance ! A ce stade, le timide n’en est plus un, et utilise un niveau d’audace qui le stupéfait lui-même. Sans compter que certaines femmes… vont accepter son invitation ! Certains élèves, initialement atteints de phobie sociale, terminent leur formation en s’exprimant facilement, librement et avec le sourire, à une jeune femme juste présentée, même si… celle-ci leur plait énormément ! Attention, il n’est pas question de « tromper » les femmes, puisque la majeure partie de celles-ci sont attirées par une certaine forme de maladresse ou de réserve, l’objectif est seulement d’acquérir davantage de liberté. »
 
Nous : Femme qui rit, à moitié dans votre lit… ça marche ?
Patrick Harris : L’intelligence, l’écoute, l’empathie, la générosité, le romantisme, la force, la tendresse et approximativement 3000 autres qualités (lol) sont des vertus nécessaires ou simplement utiles, mais en aucun cas suffisantes. Seul l’humour est suffisant. Un petit moche et pauvre qui fait constamment  rire une grande belle et riche couchera avec elle. C’est écrit. L’humour n’est pas une aptitude seulement naturelle, on peut apprendre à en avoir, avec l’aide de citations par exemples. Je passe pas mal de temps à apprendre à mes élèves à faire rire les femmes. Même les grands timides peuvent faire preuve d’un humour incroyable.
 
Nous : Un séducteur doit obligatoirement être éloquent ?
Patrick Harris: – Pas du tout. La psychanalyse, avec son « transfert », nous apprend que c’est en parlant que l’on tombe amoureux de l’autre. On apprend donc à poser les bonnes questions, on utilise les techniques des hommes politiques pour éluder les interrogations dangereuses. Pour vous donner un exemple de technique de communication simple, si vous demandez à une femme « est ce que tu fais du sport » ?  Cela risque d’apparaître comme une question préméditée, non naturelle en tout cas, c’est la raison pour laquelle beaucoup de célibataires ne savent pas quoi dire. Mais si vous savez utiliser « la phrase de transition », la communication devient fluide et riche : dans ce cas, cette phrase pourrait être « tu es vivante comme fille, dynamique même… » Puis « tu dois faire du sport, non ? Qu’est ce que tu pratiques » ? Et la fille répond avec plaisir, ce qui permet au séducteur d’être en position de force. Avec les bonnes techniques, les « blancs » gênants n’existent plus. Il suffit juste de connaître, et de s’entraîner un peu, pour que le processus devienne naturel.  
 
Nous : Que pensez-vous du mensonge ?
Patrick Harris: Mentir me paraît naturel si l’objectif est de se protéger d’une erreur de raisonnement : Mohamed se fait appeler Michel pour se protéger de l’erreur classique qu’est le racisme (fondé sur la généralité). Il  « s’adapte », en attendant l’indulgence de l’amour. On a le droit de mentir si d’une part on ne fait pas souffrir celui qui reçoit le mensonge, et d’autre, bien entendu, si le mensonge est pardonnable ! Je pense donc  qu’il n’est pas nécessaire de mentir sur sa situation financière : une fille n’est pas une banque, elle vous prêtera sa confiance avec comme seule caution votre bonne foi. Vous êtes juste commercial, c’est vrai, mais vous allez devenir, sans aucun doute, directeur commercial… Et la fille vous aimera en tant que tel…
 
Nous : Qu’est ce qu’un bon dragueur ?
Patrick Harris: Pardonnez ma prétention: c’est quelqu’un à qui j’ai donné des conseils ! Il est néanmoins incontestable que l’on peut apprendre à faire du ski tout seul, mais le faire un moniteur change les résultats. Radicalement.  
 
Nous : OK, merci pour les exemples… Maintenant la question dernière question fatidique : combien coûte votre aide?
Patrick Harris : Si vous êtes célibataire, ce dont je ne suis pas vraiment certain… Je vous facturerais une première séance de formation de une heure trente à seulement75 euros actuellement (au lieu de 147e habituellement), et je vous donnerais des conseils détaillés et directement applicables. En général, les élèves qui me consultent sont ravis de ce qu’ils apprennent pendant cette première séance. Je fais ce métier car il m’apporte un plaisir intense, mais je ne cherche pas les bénéfices, car je suis auteur et journaliste… Ca aide pas mal à avoir des relations privilégiés avec les célibataires qui me demandent de s’occuper d’eux.
 
Nous : Pour voir les passages TV de Patrick Harris, son CV et les moyens de le rencontrer, Visitez son site : www.coach-seduction.com